Archives de l’auteur : Anne

2018

7 petits jours que cette année 2018 a commencé, et j’ai l’impression que plus d’un mois s’est écoulé ! Il faut dire que cette semaine a été riche en rebondissements et événements !

Je passe sur le 1er janvier, qui a été ordinaire, dans le sens où cette journée s’inscrit dans la longue liste des 1er janvier : écouter le concert du Nouvel An, manger en famille, paresser… Oh si, le souvenir marquant de ce jour-là sera le drame occasionné par la jeune chienne de mes parents qui a mâchouillé de bon cœur 2 pions du Monopoly Star Wars que Stéphane avait reçu à Noël : Rey et Dark Vador sont en piteux état (mais bon à savoir, après demande, Hasbro les remplace !)

2 janvier, fêtons les 11 ans de Lise ! La jeune fille est de plus en plus présente, mais toujours avec un cœur et un regard d’enfant et c’est extrêmement rafraîchissant !

Le lendemain, nous remontons dans le Nord pour récupérer les visas qui nous attendent à la poste depuis quelques jours. Nous arrivons à temps, hourra les précieux sésames sont enfin à nous !! Une heure plus tard, c’est la douche froide : alors que toute la famille les admire, nous nous apercevons que celui de Marc contient une erreur…

Jeudi 4 janvier, branle-bas de combat ! Je m’occupe de la maison comme si nous partions comme prévu le 8 janvier, Stéphane va au boulot et tente d’aller à Paris pour faire corriger l’erreur à l’ambassade (il y a un créneau, tous les jours à 15h où l’on peut aller sans rendez-vous pour faire corriger…). Coups de fils et tri pour moi, route pour Stéphane, mais c’est (relativement) fructueux : le visa est corrigé en prioritaire, nous pouvons espérer le récupérer le lendemain au prix d’un nouvel aller-retour…

Le lendemain, Stéphane repart, de nouveau l’après-midi (même créneau) et récupère le visa corrigé !! Oserai-je dire que nous n’avons pas osé le scruter à la loupe pour ne pas trouver une autre erreur ? On tremblera un peu à l’arrivée ! Pour moi, c’est opération cantine aérienne : jusqu’à 200 kilos d’affaires qui peuvent partir en avion pour les retrouver une quinzaine de jours après? C’est réussi : 199,86 kilos et quasiment tout qui est parti ! Ouf…

Au tour de la maison d’être bichonnée. Nous louons une maison à une famille qui fait le tour du monde cette année, l’état des lieux est prévu pour le samedi 6 dans l’après-midi. On range, on nettoie… L’état des lieux se passe bien. Mes parents arrivent : ils nous accompagneront lundi à l’aéroport, repartiront avec notre voiture et la leur, celle-ci remplie d’affaires ne partant ni avec la cantine aérienne, ni dans nos valises. Entre deux, nous écrivons nos cartes de veux, autant qu’elles partent cette année du sol français !

Pour le dimanche 7 janvier, ce sera valises, chargement des voitures et un dernier nettoyage. Je commence la journée avec une belle insomnie qui me permet de repasser les dernières lessives et de rédiger ce post. Demain, lundi 8 janvier, ce sera une grande aventure qui commencera !

Les grands changements

Une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de continuer ce blog est qu’en janvier, la nouvelle entreprise de mon mari lui a proposé une expatriation aux Etats-Unis. C’était totalement inattendu (il était encore en période d’essai), il n’a pas changé d’entreprise pour cela. Mais quand il m’en a parlé, j’étais totalement pour (une fois assurée que la destination prévue – dans le Midwest – n’était pas dans une région de tornades). Et comme les enfants n’étaient pas foncièrement contres (il y a eu une réunion familiale pour prendre la décision et s’ils avaient hurlé un NON catégorique, nous les aurions suivi – à contre-coeur, mais persuadés qu’un tel changement ne pouvait se faire sans leur totale accord)

C’est en avril-mai que nous avons eu la confirmation que cette expatriation se ferait (jusque là, c’était en pourparlers. Et nous avons toujours eu la possibilité de dire non sans que Stéphane craigne d’avoir à prendre la porte). Mais à cette période-là, entre les visites pour vendre la maison, les appréhensions des enfants, les passeports à faire, etc, etc… je n’ai rien écrit ici… Et aujourd’hui, fin juillet, je m’y remets.

Pourtant, c’est une période vraiment pas facile ces semaines… J’ai trié (avec l’aide de l’homme quand il a été en vacances) le grenier pour jeter, donner à Emmaüs ou envoyer chez mes parents. J’ai réfléchi à ce que l’on faisait de chaque chose (« et cet appareil électrique, on peut le prendre ou pas ? » ou le bonheur du 110V là-bas…)

Il faut dire que l’on n’aime pas les choses simples : le visa ne peut être demandé qu’après un an  d’ancienneté. Et cette année sera complète en octobre 2017 ! Ce qui ferait un départ début 2018 au plus tôt (nous aurions pu décider de partir carrèment pendant l’été 2018, mais nous étions tous impatients). Et comme la maison a été vendue (passage chez le notaire dans 6 jours), nous avons trouvé une maison meublée non loin du travail actuel de Stéphane, dans le Pas-de-Calais. Donc je devais faire plusieurs tas de mes tris :
– ce qui est jeté
– ce qui est donné
– ce qui part chez mes parents
– ce qui part chez ma belle-mère
– ce qui partira directement aux Etats-Unis
– ce qui vient avec nous pendant nos derniers mois en France

Ouf ! Heureusement, je ne fais pas les cartons, c’est les déménageurs qui s’en occuperont la semaine prochaine. Mais cela m’a pris beaucoup d’énergie.  Aujourd’hui, même si c’est loin d’être fini (j’attaque le plus difficile moralement : voir la maison qui se vide, se rappeler des souvenirs qu’on croyait oublié, signer la vente de la maison où nous avons vécu presque 10 ans), je me sens plus légère et je reviens enfin sur ce blog.

Prochaine grosse échéance ? La visite de découverte, en famille, de la ville où nous devrions habiter pour les années à venir : Keokuk, Iowa. Encore deux semaines à attendre !

Mon abonnement Exploratology, de décembre à avril

Je vous en ai parlé dans un précédent post, si je lisais beaucoup, j’avais du mal à découvrir des nouveautés. Et j’ai entendu parler d’Exploratology. Abonnée par mes grands-parents pour Noël pendant 3 mois, dès que mon abonnement cadeau s’est fini, je l’ai relancé sans hésiter. Voici ce que j’ai reçu au cours de ces 5 mois passés.

Continuer la lecture

La lecture

Je suis une grosse lectrice. Voire même très grosse, vu que l’on est considéré comme gros lecteur quand on lit plus de 20 livres par an.  Je ne saurais vous dire quelle quantité de livres j’engouffre vu que je ne les note pas ; mais un gros roman peut ne me faire que quelques jours. Quand aux petits, ils peuvent ne durer que quelques heures.*

Continuer la lecture

Nouveau départ

Une page blanche me semble contenir une infinité de promesses. Elle est certes intimidante, mais surtout terriblement inspirante. Tout, avec elle, est possible.

Un carnet bien rempli, aux bords cornés, a un côté rassurant. « Regarde ce que tu as déjà accompli ! » Mais quel fardeau parfois… Et si je voulais faire différemment ? Il y a à la fois le plaisir de retrouver des souvenirs (« Ah oui, c’est vrai que j’avais fait ça »), mais aussi la gêne de se relire (« Nan, j’ai quand même pas osé… »).

Lorsque j’ai ouvert ce blog, j’ai eu besoin de reprendre ce que j’avais fait auparavant. 3 blogs, 3 fois des pages blanches, 3 cahiers déjà bien remplis réunis en un seul que j’ai continué à remplir. Mais là, le carnet virtuel qu’est ce blog est rempli. j’ai bien essayé de rajouter 1 ou 2 pages, mais non, il est rempli à craquer. et pourtant, je sens bien que j’ai encore des pages à remplir. Alors quoi ? Un nouveau carnet/blog ?

Non. Je n’ai pas envie de changer physiquement de blog. le nom de celui-là me plaît et je me suis plus investie dans ce blog que dans les autres (WordPress versus Canalblog…)

Alors . Alors je vide. Je ne jette pas vraiment, tout a été sauvegardé et installé ailleurs*, mais visuellement, c’est un grand, un énorme coup de balai. Plus d’archives*, juste une page blanche, remplies de promesses.

 

*Si jamais vous aviez noté une page de l’ancien blog pour une information quelconque et que donc vous avez perdu la possibilité d’y avoir accès, vous pouvez aller à cette adresse : https://blogdesecoursblog.wordpress.com/